Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Ent'Raid 49

J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca

5 Juin 2014 , Rédigé par entraid49

La nuit à été un calvaire pour mes compagnons. Dormir dans le refuge, c'est la garantie de ne pas fermer l'oeil. J'ai eu le nez fin en choisissant de prendre une tente dehors. À presque 2000m la température n'est pas très estivale, mais un bon duvet et une bonne fatigue générale m'ont permis deux bonnes heures de sommeil.
Départ 5h30, tout le monde est pressé de quitter Usciolu. Nous grimpons les quelques dizaines de mètres qui nous permettent de récupérer le sentier de crête. Nous doublons très vite le groupe de traileurs parti 15mn avant nous. Nous enchaînons les passages rocheux, alternons les versants pour arriver à une bifurcation du chemin. Nous empruntons cette variante plutôt descendante dans un décor très particulier. La zone est boisée, vallonnée, plutôt champêtre. Nous rencontrons beaucoup de vaches et leurs veaux. Nous sommes bientôt dans une immense plaine. La végétation à base de petits épineux est très rugueuse pour les jambes et parsemée d'énormes rochers. En effet le chemin monotrace ne fait guère plus de 30cm de largeur. L'endroit est magique. Le soleil est levé et nombreux sont les passages de rivières où le temps semble suspendre son cours. La quiétude baigne les lieux. Nous ne croisons pas un seul randonneur. Il est encore tôt. La plaine en question est immense. Nous franchissons une dernière fois la rivière par un pont suspendu, l'endroit est magique, mais nous n'avons malheureusement pas le temps de nous attarder. Il faut s'élever de plus de 700m de dénivelé pour atteindre Monte Alcudina. La pente est raide mais le rythme reste plutôt enjoué. La forêt de hêtres mêle les jeunes pousses aux arbres centenaires torturés car victimes de leur grand âge. Nous atteignons le sommet où un promontoire est supplanté d'une croix. Inévitablement nous grimpons pour profiter du panorama hallucinant qui s'offre. La vue à 360° est magique. On voit la mer, au nord on distingue les montagnes dans lesquelles nous étions hier encore, les aiguilles de Bavella vers lesquelles nous allons semblent déchirer le ciel de leurs pointes acérées. Le soleil enfin dominant réchauffe l'atmosphère, que demander de mieux. Nous entamons à suivre une plongée comme on les aime vers le refuge d'Asinau. Je perds le chemin d'entrée de jeu et me retrouve dans un énorme pierrier. Bientôt loin du chemin original, parfois sur des dalles improbables, dans les pierres instables à flan de montagne. Quelques centaines de mètres de dénivelé plus bas je retrouve le sentier et mes équipiers. Refuge d'Asinau, nous n'avons quasiment rien mangé depuis le départ. La pause saucisson, fromage, terrine et coca est fortement réparatrice à défaut d'être diététique. Quelques trente minutes plus tard nous reprenons la route, nos homologues traileurs ne sont même pas visibles dans la descente face à nous. Je suis un peu inquiet pour la longueur de leur étape. Ils sont déjà loin derrière.


Nous rejoignons au trot le fond du vallon, la chaleur commence à être conséquente, le sentier en balcon est magnifique et évolue en courbe de niveau que ce soit en lisière de maquis ou en forêt de bouleaux. Chaque traversée de ruisseau est une occasion pour y plonger la tête. Nous courons beaucoup, la fatigue s'installe et après une interminable séquence nous atteignons le col de Bavella et sa statue de notre dame des neiges, très très entamés. Nous sommes encore loin de l'arrivée et tentons de ne pas faiblir. Il faut descendre une magnifique forêt de résineux, deux ou trois vallons, un dernier ruisseau. Une ascension sévère mais magnifique offre à l'est une vue sur mer de premier choix. Une pente sévère nous amène à la source puis au refuge lui-même de Paliri. Nous faisons le plein d'eau, avant d'attaquer le dernier tronçon de ce GR20. Censée n'être que descendante, cette portion est d'une longueur invraisemblable. Une montagne russe géante, le sentier est parfois sablonneux, parfois très pierreux, toujours d'une beauté rare. Nous n'avons qu'une hâte, rejoindre Conca. Chaque descente offre une occasion au sentier nous faire remonter de plus belle. La souffrance pointe le bout de son nez, mais personne ne bronche. Le dernier sentier en balcon nous le savons doit nous faire basculer sur Conca mais rien dans le relief ne l'indique. L'impatience se fait plus pressante, et c'est pour finir une petite brèche en V qui nous fait basculer pour une ultime descente, plutôt ludique, dans les cailloux. L'occasion est belle pour se laisser aller et libérer le peu d'énergie qu'il nous reste. Au bout du chemin une passerelle rejoint la route. Nous courons tous les cinq vers la ligne symbolique de cette arrivée attendue. Dans l'anonymat le plus complet nous arrivons à la pancarte salvatrice. Les anciens du village impassibles sont captivés par leur partie de pétanque. Nous sommes seuls mais heureux. Partis de Calenzana lundi à 3h00 nous sommes à Conca jeudi à 18.30.

J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca
J4 du GR20 - Jeudi 5 juin 2014 : Refuge d’Usciolu – Conca

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article